suite de réflexion au poil

LE MAILLOT

Cette zone, bien que limitée est généralement lié à l'esthétique autant qu'à la sensualité individuelle (port de maillot de bain ou de sous vêtements à surfaces réduites), est également une zone ou l'aspect hygiène est d'importance capitale, car une repousse anarchique est cause de "micro infections" ce alors que les risques de transpiration sont à l'égal des aisselles. La conclusion s'impose d'elle même.

LES JAMBES


De belles jambes sont, outre leur dessin, des jambes lisses et nettes qui permettent de s'habiller plus facilement, de se passer de collants dés que la température l'autorise, et de présenter ces attributs de la séduction sous leur meilleur jour.Toutes ces zones sont dites normalement pileuses", car elles sont la survivance d'un système pileux désormais fortement dégénéré, mais suffisamment présent pour rester sous influence glandulaire et subir des déséquilibres hormonaux, qui peuvent rapidement permuter une pilosité "normale" en pilosité anormale, excessive, voir l'étendre à des zones tout à fait anormales, telles que poitrines, abdomen, dos, épaules ,etc...Puis par extension en arriver à des situations d'hypertrichose, d'hypersurrénalisme, de virilisme ou d'hirsutisme, que l'esthéticienne ne voit jamais, les femmes affligées de ces disgrâces occultant leurs problèmes.


Entre ces cas extrêmes et quelques poils inesthétiques il y a un précipice, pourtant vite franchi par la notion de problème à résoudre, qui relèverait ainsi d'un travail strictement professionnel, ceci nous éloignerait considérablement de l'image trop fortement ancré de l'esthéticienne arracheuses de poils et imposerait alors un professionnalisme de l'épilation.


Les 4 zones précédemment citées relèvent de ce que l'estheticienne rencontre au quotidien; pour soi ou/et pour autrui, pour séduire, par hygiène ou pour le confort, autant de raisons qui semblent assez nombreuses pour devoir considérer sérieusement tout problème de système pileux (si minime soit-il) comme relevant d'un soin dépilatoire ne pouvant être effectuée que par une esthéticienne.
En cela il ne faut pas perdre de vue que le système pileux relève de la physiologie, donc qu'il est normal d'avoir des poils ......et anormal de vouloir les enlever. Les justifications précédemment citées relevant de notre culture, ne changeant en rien la réalité de l'arrachage en tant qu'agression cutanée.
Ainsi s'épiler quand le miroir ou le regard renvoie l'image de poils disgracieux relève d'une logique esthétique admise universellement, mais prendre le taureau par les cornes pour s'en débarrasser définitivement relève d'une logique d'épilation qui échappe semble t-il à beaucoup de monde et autant aux principales concernées, qu'aux professionnelles de l'esthétique.
La notion de facilité quand la cliente a pris rendez vous pour se faire épiler, elle vient on arrache et la cliente repart, seul un travail bien fait est nécessaire (qui n'est d'ailleurs pas forcement donné à tout le monde).
Ce n'est plus la facilité, quand une discipline et une vigilance devienne nécessaire pour la cliente comme pour la professionnelle
C'est un vrai choix qui doit être fait par chacune
Un choix qui impose une prise de conscience et une détermination du problème
Il ne faut pas voir la dépilation définitive comme une épilation apte à remplacer l'autre épilation mais bien une vraie réponse à de vrais problèmes

La dépilation définitive doit être et rester a sa place.

 

 

 

Yves Coatmeur

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site