Huiles essentielles pures et soins esthétiques


LES HUILES ESSENTIELLES PURES ET LES SOINS ESTHETIQUES (cet article en pdf)


«LA MEILLEURE DES METHODES NATURELLES NE SERA CREDIBLE
QUE DANS LA MESURE OU, PRATIQUEE AVEC PROFESSIONNALISME,
ELLE TIENT BIEN SA PLACE ET N'EN DEVIE JAMAIS"


"L'AROMATOCHRESIE" NE FAIT PAS EXCEPTION, AU CONTRAIRE !

C'est même la condition absolue pour l'acquisition définitive de ses lettres de noblesse, comme pour sa protection et sa survie (face à un monopole médical boulimique de ce que qui ne lui appartient pas encore) ; mais c'est surtout le seul moyen pour éviter que des "non professionnels" se les attribuent et en fassent n'importe quoi.

Une précision me semble opportune avant d'aller plus loin qui concerne la différence qui oppose L'AROMATHERAPIE A L'AROMATOLOGIE

Le terme « AROMATHERAPIE» repris par le Dr Jean VALNET dans son colossal travail de recherche et de compilation sur les huiles essentielles, traduit l'état d'esprit d'un médecin allopathe qui ne peut voir dans l'huile essentielle, forme galénique tres particulière de la plante, rien d'autre qu'un « médicament naturel ». Ceci justifie alors d'accoler « thérapie » à AROME.

Le terme « AROMATOLOGIE » plus couramment utilisé par les naturopathes et autres spécialistes de l'hygiène physiologique, traduit au contraire l'état d'esprit d'un professionnel qui détient de l'huile essentielle, une vision plus générale et globalisante qui s'attache surtout aux grands principes de cette forme tres particulière de la plante, et se désintéresse de sa spécificité. L'HE devient alors un simple mais efficace » outil de travail ». Ceci justifie alors le terme plus large D'AROMATOLOGIE.
D'où une réalité : les huiles essentielles qui sont utilisables et utilisées en esthétique ne relèvent jamais, ni de l'aromatologie ni de l'aromathérapie, mais de l'aromatochresie (utilisation utile et subtile des huiles essentielles).
Une deuxième réalité liée à la précédente, rend indispensables de ne concevoir les huiles essentielles qu'au travers d'une utilisation strictement esthétique (du vocabulaire à la pratique...), Et que toutes esthéticiennes désireuses de les utiliser dans le cadre de soins soient largement formées à ce type de méthode correctement cadré dans la législation.
Ce distinguo est vital car, sur un malentendu, la pharmacopée aurait tôt fait de s'en emparer, appuyée par des instances médicales boulimiques de méthodes qui existent depuis toujours par les « autres » mais qui aujourd'hui pourraient leur rapporter beaucoup d'argent sans effort.

.
HUILES ESSENTIELLES = OUTILS DE TRAVAIL.

C'est en effet ainsi que les H.E seront le plus justement à leur place, car elles ne sont pas plus des produits miracles, que des médicaments, et ne sont pas plus problématiques ou dangereuses qu'une épilation chaude effectuée avec incompétence. Elles sont seulement grâce à leur forme galénique, de précieux moyens de potentialiser le travail de l'esthéticienne, et d'optimiser toujours à moindre coût les soins déjà existants, évidemment elles se doivent d'être utilisé avec compétence et maîtrise de la méthode, car ce ne sont pas pour autant des produits anodins, comme tout produit naturels d'ailleurs. La notion populaire du « si ça ne fait pas de bien, ça ne fait pas de mal » est caduque car un produit est actif ou inactif et dès lors sa mauvaise utilisation peut toujours avoir des répercussions.

 


LA QUALITE POUR SECURITE

L'utilisation d'huiles essentielles à visées esthétiques implique avant tout le choix d'une qualité parfaite (100 % pures/100 % naturelles) seule condition pour disposer de produits sans problèmes ; car, comme toujours, il y a d'une part le produit et d'autre part la façon de l'utiliser. Or il est plus facile d'enseigner une utilisation correcte quand le produit est de qualité sure, alors que les meilleurs modes opératoires ne pourraient compenser des produits de qualité moyenne ou médiocre.


L'impératif de qualité étant acquis, il faudra que l'esthéticienne assimile d'abord les principes de pénétration transcutanée de l'H.E. pour lesquels, il faut savoir que le statut est totalement différent selon que l'on utilise des H.E seules ou en complexes (mélangées)
En ce qui concerne l'utilisation en complexes, les variations sont importantes suivant les types de mélanges effectués. Le choix des différentes H.E. étant généralement lié à la recherche d'une spécificité toujours plus précise ; d'ailleurs certaines gammes existantes spécialisées en produits formulés avec des H.E. font cela très bien car elles ont défini des utilisations précises en fonction des complexes utilisées.

En ce qui concerne les H.E. en usage isolé, il en va différemment ; en effet, la pénétration transcutanée d'une H.E appliquée pure se fait en 2 phases. La première qui suit la pose simple (application sans repasser au même endroit) impose d'attendre 6 minutes avant toute action quelle qu'elle soit, cette phase est le temps de travail de l'H.E. qui ne doit être perturbé sous aucun prétexte.
Toute intervention même la plus minime pendant ce temps de travail de 6 min risque de provoquer des réactions, incontrôlées, (qui avec certaines plantes peuvent même être très violentes), alors que le simple respect de cette règle suffirait à éviter tout problème.
La deuxième phase qui dure de 15 à 20 Min et suit le "temps de travail", "perméabilise" la peau, au point que tout est apte à pénétrer dans de ce laps de temps, y compris des matières habituellement inaptes à la pénétration. Ceci est, à priori, un avantage énorme dans des soins esthétiques, mais impose la connaissance exacte du ou des produits qui seront appliqués pendant cette phase sous peine d'un refus de la peau, qui percevrait alors une agression. En bref, lors de ces 15 min, il est interdit de mettre n'importe quoi (ex: un produit formulé chimiquement qui laisserait passer un composant prévu pour rester en surface, la peau n'apprécierait pas) c'est là un simple respect de la physiologie cutané qui s'impose pour éviter des problèmes
Pour toutes ces raisons, les qualités liées à l'huile essentielle priment sur les actifs de la plante concernée.


UN CHOIX LIMITE

Tous ces points étant précisés, il est alors nécessaire d'effectuer une sélection de plantes sous la forme H.E. Hors comment faire un choix judicieux dès lors que les qualités intrinsèques de l'H.E. passent avant toute notion de principe actif, et qu'il existe des centaines d'HE aptes à aller sur la peau sous la forme pure et des centaines qui ne peuvent être posé sur la peau sans dilution.
Tout d'abord il vous faudra déterminer vos besoins en termes esthétiques (actions de pénétration, gymnastique de la vaso motricité, ou bien amélioration de l'irrigation sanguine ou innervation périphérique, etc........) Cette approche aura le mérite de vous faire choisir, uniquement ce dont vous avez besoin ; et la qualité sera alors, le second critère de choix, le plus dur sera de choisir des plantes d'origine locale (au moins française) distillées en France, pour que la qualité reste contrôlable en permanence, c'est évidemment plus délicat avec des plantes d'origines lointaines et/ou distillées à l'étranger. Ajoutez à cela qu'un certain nombre de plantes sous la forme d'H.E sont agressives pour la peau (elles sont bien connues et n'arriveront pas entre vos mains).

Il ne vous restera qu'à trouver le meilleur rapport qualité-prix, mais ce ne sera plus un problème car vous disposerez désormais de suffisamment de critères de choix et de comparaisons.

La grande conclusion sera que l'esthéticienne qui sait utiliser des huiles essentielles pures, a la possibilité de pratiquer une vraie politique de résultats au sein de son institut (potentialisation optimale des soins) et de gagner enfin de l'argent (en limitant ses stocks et investissements)

Professionnellement vôtre

Yves COATMEUR

Lisez l'article détaillée sur le concept d'aromatochrèse !

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site