Utilisation des huiles essentielles dans les soins esthétiques

 L'AROMATOCHRESE (cet article en pdf)


Ou l'utilisation utile et subtile des huiles essentielles en soins esthétiques.

Qu'est ce qu'une huile essentielle ?

Il convient préalablement, de différencier la notion "d'essence de la notion d'huile essentielle", qui sont deux choses différentes, bien qu'entretenues dans un flou artistique dans le langage professionnel comme dans le langage populaire :

- L'essence : c'est la matière naturellement sécrétée et élaborée par l'organisme végétal concerné (l'huile d'olive est "l'essence" de l'olive).

- L'huile essentielle : c'est une forme d'extrait concentré de la plante concernée. C'est l'âme du végétal et schématiquement, on peut considérer qu'une huile essentielle est la concentration par distillation de ...l'essence de la plante.

- L'huile essentielle naturelle est le résultat de la distillation de la plante, obtenue par entraînement à la vapeur d'eau, sous basse pression * (ce qui induit à l'extrémité finale de l'appareil à distiller, d'une part la fraction huileuse (dite huile essentielle ou H.E.) et d'autre part la fraction aqueuse (appelée hydrolat ou eau florale).

L'H.E. est de ce fait, la quintessence et l'âme de l'organisme végétal concerné, extraite naturellement de son contexte originel, (à condition que la distillation ait été effectuée de bout en bout dans les règles de l'art).

C'est aussi et surtout, un actif hyper concentré de la plante, pourtant ce n'est pas cet aspect qui est le plus intéressant pour un usage cutané esthétique, mais bien les qualités intrinsèques de cette forme galénique originale de la plante, aux multiples actions... non spécifiques.


En conclusion l'H.E. est une huile plus ou moins épaisse et colorée prête à l'utilisation, une véritable merveille que la nature nous offre et que nous nous devons de respecter comme tel.

 

Important:
La législation en France impose à ce jour que le nom d'Huiles Essentielles ne soit autorisé qu'à la condition de pureté absolue, tout mélange d'H.E. (variétés & espèces) se nommant "Essences".

 

* Cas particulier concernant les agrumes : leurs zestes étant particulièrement riche en H.E., on obtient celle-ci non par distillation mais par une technique de pressurage des zestes (pression mesurée et contrôlée suivie de filtrages et décantations...).


2) Qu'est ce que l'AROMATOCHRESE esthétique ?

Elle se situe aux antipodes de l'AROMATOLOGIE et surtout de l'AROMATHERAPIE , deux termes couramment utilisés, trop souvent à contre sens ou à tort, car, soyons clair :
Thérapie signifie : traitement ou thérapeutique anti symptomatique.
Ce qui dès lors relèverait des compétences médicales.
Logie signifie : étude ou recherche en matière de...
Ce qui relèverait des compétences des professionnels de la recherche.

Ramené au travail de l'esthéticienne, il est clair que l'usage des H.E. ne peut être positionné ni dans l'un, ni dans l'autre. En effet, c'est dans le cadre de l'hygiène physiologique, que se positionne l'utilisation d'H.E. en soins esthétiques, secteur qui a pré existé longtemps avant l'aromathérapie (années 60).

C'est pourquoi pour situer le travail spécifique en esthétique, il a été déterminé un terme :

L'AROMATOCHRESIE*

*CHRESIE* vient de CHRESIS : Suffixe latin, issu du grec CRAOS, qui signifie "usage utile et subtile de", soit trés exactement ce que fait l'esthéticienne. D'où l'aromatochrèse qui est le concept et l'aromatochrésie qui en est la mèthode.

L'AROMATOCHRESIE* est ainsi, l'art et la technique des multiples utilisations des huiles essentielles dans tous les soins esthétiques, de mise en forme, beauté et rajeunissement.

Elle est avant tout une approche radicalement différente de l'aromathérapie, qui reste très professionnelle et très technique bien que strictement adaptée au travail et aux besoins de l'esthéticienne.

Bien sûr dans un espace aussi petit que ce fascicule, seul ne peut être écrit que l'essentiel, il est donc impossible de soulever toutes les possibilités liées au concept.

Lors du stage, théorie et pratique se combineront pour combler cette carence de l'écrit.


3) Pourquoi un concept d'AROMATOCHRESIE en soins esthétiques ?


Il y a plusieurs raisons à cela dont les trois principales sont :


1° - Une nécessité pour les esthéticiennes du soin de posséder, (par delà le choix de produits fiables), des "outils" puissants, efficaces, économiques et rentables, ce tout particulièrement quand ces outils permettent de faire de substantielles économies (d'appareils par exemple, toujours coûteux, rarement rentables).

2° - Parce que l'AROMATOCHRESIE est la méthode esthétique absolue pour toutes les professionnelles désireuses de pratiquer aussi bien une vraie politique de résultats au sein de l'institut, qu'une maîtrise et un contrôle total d'une politique d'effets rapides, mesurables et spectaculaires.

3° - La possibilité pour une esthéticienne amplement informée, qualifiée et correctement formée à la méthode, de pouvoir s'installer sans aucun investissement majeur (condition sine qua non de la réussite) autres que les tables de soin, un vapozone ou un "Lucas" pour le visage, une couverture chauffante et une douche pour le corps.


L'aromatochrésie est la seule méthode à autoriser l'élaboration de soins 100% actifs et basés sur le 100% naturel, des classiques comme la recherche de l'éclat du teint aux originaux comme taches, cicatrices et strigetures, en demande croissante de la part d'un public toujours plus informé.


La méthode est par définition idéale pour des soins pratiqués à domicile, mais également pour créer un institut, sans appareils ou créer en institut des soins d'appels (courts, rentables économiques) aptes à faire rentrer une clientèle neuve et à faire progresser le taux de fréquentation des cabines.


4 ) Pourquoi l'usage des Huiles Essentielles pures en esthétique ?


- Tout d'abord pour les raisons invoquées précédemment et ce, sous deux conditions :

A) Faire le choix préalable d'Huiles Essentielles pouvant s'appliquer sans risques, donc pouvant être utilisée par toute esthéticienne averties.*1 (voir page 5)

B) Etre disposée à respecter tous les impératifs d'utilisation des Huiles Essentielles sélectionnées pour les soins esthétiques.*2 (voir page 5)


Ces conditions de base étant respectées, il faut savoir que le rôle d'outil inhérent aux H.E. est directement lié aux trois grandes fonctions (déclinées ci-après) de cette forme galénique très particulière qu'est l'huile essentielle.

a) La destructuration des couches kératinisées.

Ce pouvoir de l'H.E. dépasse trés largement l'action du gommage le plus dynamique, en "cassant" le bouclier kératinisé formé par le cumul de cellules mortes installées en "blindage" dans de nombreuses zones cutanées (surtout les zones non chroniquement exposées soit plus de 85% de la surface totale et/ou les peaux insuffisamment gommées ou frictionnées).

b) La pénétration transcutanée totale.

Une H.E. appliquée pure sur la peau traverse celle-ci en 6 minutes (couche basale traversée) et se retrouve dans le circuit sanguin. Retenez que de cette action, pendant la demi-heure qui suit tout ce qui est posé sur la peau sur les mêmes surfaces va pénétrer en totalité (le bon...comme le mauvais, donc attention à ce que vous appliquez derrière l'H.E.).


c) Le contact avec toutes les composantes cutanées.

Lors de sa traversée cutanée, l'H.E. se disperse de telle manière qu'aucune cellule n'est épargnée. Ce contact systématique de tous les niveaux cellulaires engendre de nombreux effets et des actions uniques, sans précédent en esthétique.*3 (voir page 5)

a + b + c = Les 3 bonnes raisons, qui font des huiles essentielles, de fabuleux outils de soins, aux actions aussi polyvalentes que puissantes.

*1 - C'est la première des connaissances à posséder en la matière.

Il vous faut savoir que :
Certaines huiles essentielles peuvent être appliquée pures sur la peau sans aucun risque ni agressivité pour le tissu cutané.
D'autres huiles essentielles peuvent par contre être foncièrement agressives et nocives pour le tissu cutané.

La différence d'agressivité, se situe au niveau de certains composants : les terpènes (voir ce que sont les Terpènes sur le documentjoint) et de mauvaises associations entre eux : c'est un aspect de la question bien trop technique pour présenter ici un intérêt quelconque.

*2 - C'est la condition sine qua non pour éviter tout problème avec l'utilisation des H.E.

C'est cette condition qui détermine si l'esthéticienne est prête ou non à les intégrer dans ses soins. Ces impératifs d'utilisation, simples au demeurant, doivent être compris, contrôlés et maîtrisés par l'esthéticienne avant de toucher une H.E. pure. (Voir régles d'applications)

*3 - Les impacts actifs au niveau cellulaire sont trop nombreux et complexes pour êtres développés ici. Sachez seulement, qu'in vivo une H.E., dès qu'elle est au contact de la cellule, (quelqu'elle soit) la rénove, la répare, la régénére, la rajeunit intégralement (par un phénomène de relance des processus de prolifération cellulaire).

Si l'esthéticienne n'est pas prête à respecter avec rigueur et discipline cette double règle, il vaut mieux qu'elle ne touche pas aux huiles essentielles, en tout cas en dehors de toute préparation formulée à faible pourcentage sur un support huileux neutre. (Maximum de 6% HE sur 94% d'huile végétale).

D'où un impératif de professionnalisme, impératif dans tout autre type d'utilisation.
5 ) Pour quelle Qualité ?

Pour que rôles et actions des H.E. (cités en § 9 et 10) puissent s'exprimer pleinement et dans les meilleures conditions d'efficience et de sécurité, le respect d'une qualité stricte s'impose à l'esthéticienne.

Le raisonnement sur la qualité adéquate d'une H.E. dans les soins esthétiques s'effectuera à partir de la notion (incontournable dans le naturel) du

RESPECT DE LA PHYSIOLOGIE CUTANEE.


Ainsi pour s'assurer qu'une H.E. (préalablement sélectionnée pour aller sur la peau évidemment)
respecte la physiologie cutanée individuelle, il est indispensable qu'elle soit de qualité :

100% PURE , NATURELLE et TOTALE

- 100% PURE

Pure : Signifie qu'à aucun moment l'H.E. n'a été diluée, coupée ou rallongée avec d'autres H.E. de même famille, ou pire, mélangées avec des huiles végétales neutres.
Exemple : H.E. de Pin Maritime rallongée à l'essence de térébenthine,
H.E. de Lavande Fine coupée avec du Lavandin, etc....
H.E. mélangées à de l'huile de germe de blé...

- 100% NATURELLE

Naturelle : Signifie qu'a aucun moment de sa fabrication*, l'H.E. n'a été en contact avec des produits chimiques ou d'origine chimique et qu'elle n'a pas été dénaturée, ou trafiquée.
Exemple : Stopper la distillation en cours, la terminer avec des solvants
chimiques ou carrément en extraire la totalité par solvants.

- 100% TOTALE

Totale : Signifie qu'aucune fraction de l'H.E. n'a été retirée, rajoutée ou extraite de son totum. L'H.E. ne doit en aucun cas être ni rectifiée, ni normalisée.
Exemple : Décolorer l'H.E., la recolorer pour normaliser la couleur, la déterpéner, etc...

En bref, cette triple exigence de qualité autorise une utilisation chresto-aromatique en soins esthétiques (cad d'H.E. appliquées pures, en complexes ou en synergies, dans le respect le plus total de la physiologie cutanée individuelle).

Cette qualité induit également la compétence de l'esthéticienne en matière de contrôle et de maîtrise de tout aspect inhérent aux H.E. (Phénomènes réactionnels, pseudo allergies, réponses de la peau, etc...). d'où l'importance d'une pratique préalable à tous soins sur cas réel

6 ) Pourquoi ce concept est-il avant tout professionnel ?

Car seule une méthodologie élaborée et correctement assimilée permettra d'éviter des erreurs majeures, des effets pénibles et des phénomènes réactionnels.

Ici il n'y a de place ni pour l'approximation,
ni pour l'amateurisme

L'esthéticienne prête à se "lancer" dans l'Aromatochrésie doit connaître
préalablement tous les tenants et aboutissants (positifs et négatifs) liés à l'usage des Huiles Essentielles pures ou en préparation.
Sachez le ! Ce n'est pas parce que un produit est naturel qu'il est anodin, d'ailleurs l'adage populaire qui veut que "si ça ne fait pas de bien, ça ne fait pas de mal" est une hérésie.

Car un produit naturel (concentré ou non) est actif ou il ne l'est pas.
S'il est actif, il ne saurait être anodin.
S'il est anodin, c'est qu'il est inactif.
Les Huiles Essentielles sont hyperactives, dont acte !!!

C'est pourquoi, l'esthéticienne devra préalablement à tout soin Aromatochrésique :

a) Prendre connaissance de ce que sont les H.E. et leur place dans le soin.
b) Effectuer préalablement, une formation complète (une journée suffit).
c) Respecter rigoureusement les préceptes indiqués dans les process.
d) Prévoir, maitriser et contrôler les phénoménes réactionnels potentiels.

Les impératifs d'utilisation sont au nombre de 3 :
A savoir que l'application d'Huiles Essentielles pures doit se passer ainsi :

1) Ne pas repasser au même endroit lors de l'application de l'H.E. le premier passage est toujours le bon. Ne jamais déroger à cette règle !

2) Ne pas toucher sous aucun prétexte, la surface de peau concernée, pendant les 6 premières minutes (jamais moins, plutôt plus) qui suivent son application sur la peau.

3) Pendant les 30 à 35 mn qui suivent le temps précédent (6 mn), évitez absolument l'application de tout produit chimifié, seul un produit aussi proche que possible du 100% naturel est à ce moment là acceptable à coup sûr par la peau.

Savoir casser les habitudes, se remettre en question relèvent déjà d'une preuve de professionnalisme, indispensable au demeurant en AROMATOCHRESIE
Le professionnalisme est l'atout majeur de l'avenir de l'esthétique française. Il doit constamment transparaître dans les paroles, les écrits et les actes de l'esthéticienne.
L'aromatochresie en sera un des plus beaux fleurons car à l'instar de toutes les techniques et méthodes Naturochrésiques (balnéo, dieto, reflexo, etc...) elle induit un équilibre obligé entre compétences, connaissances, expérience : triangle d'or du professionnalisme.
7 ) L'origine de l'utilisation des huiles Essentielles en France ?

Il y aurait long à dire sur le sujet, tant il est vrai qu'en la matière le monde médical pèse fortement sur tous les travaux existants, ainsi compilations et plagiats priment sur toute création. Mais, ce qu'il faut en retenir pour l'historique de ces 4 dernières décennies, qui ont conditionnée une véritable évolution de l'usage des huiles essentielles, dont :
Le point de repère en est le Dr VALNET.
De fait, l'historique en matière d'Huiles Essentielles veut qu'il y ait :
Un avant VALNET et un après VALNET.

Intégrer cette notion est d'une importance capitale, pour raisonner sur des bases justes, comprendre et corriger les nombreuses inepties couramment développées sur ce sujet dans le milieu de l'esthétique française. En bref, il ne faut pas tout mélanger !

- L'avant Valnet :
La connaissance des Huiles essentielles n'existaient alors qu'au travers de diffusion quasi confidentielles, connues de seuls "initiés", préconisées par des Naturopathes et assimilés qui eux même ne transmettaient qu'à d'autres "initiés" et ainsi de suite.
Le marché était pour le moins fermé, (ce qui d'ailleurs était plutôt un bien en rapport des connaissances à posséder avec ce type de produit), et donc limité à un très petit nombre.
Les H.E. étaient alors affaire de passionnés et de fous de nature !

- L'après Valnet :
En effectuant un gigantesque travail de recherches et pour écrire ses livres (en développant et vulgarisant le concept "Aromathérapie") le docteur Valnet a ouvert les Huiles Essentielles à la connaissance du plus grand nombre, donc au grand public.

Au tout début des années 70, les premières Huiles Essentielles arrivent sur les "étagères de commerces spécialisés (Maison de diététique...) et se démocratisent lentement pour le plus grand bien des amoureux du naturel.

Parallèlement à quoi, l'empreinte Valnet devenue omniprésente, fut utilisée comme référence pour vulgariser cette nouvelle forme de produit.

C'est d'ailleurs la grande erreur sur laquelle se sont appuyées plusieurs générations d'amoureux des Huiles Essentielles de tout bord; car en copiant (plus ou moins bien d'ailleurs) le Dr VALNET, il a été entretenu une approche très allopathique, de l'H.E., surement très intéressante pour le monde médical, mais totalement déviante pour le grand public.
Ainsi s'est-il créé au cours des années, un maelström de pseudo informations générateur surtout de ...désinformation, qui nous conduit à remettre les pendules à l'heure.

En effet, en effectuant son travail de synthese et de compilation lsur les H.E.,
le Dr Valnet lui a donné pour définition, je cite:

"AROMATHERAPIE": traitement des maladies par essences de plantes"
Cette définition, très claire, induit une triple notion

1 - D'absorption Buccale :
De fait, c'est avec quelques gouttes d'H.E. sur un morceau de sucre, qu'il
Préconisait, telle ou telle prescription anti symptôme (sous formes détérpénées).

2 - De symptômes donc de diagnostic :
Donnée en médication allopathique, l'H.E. ne peut être prise, qu'à partir d'un
diagnostic précis, qui ne peut être fait qu'avec la connaissance des symptômes

3 - D'actions anti-symptômatiques :
Considérant (par exemple) que l'armoise est emménagogue, action connue de la
plante et de son principe actif, l'extrapolation est de conférer à l'H.E., la même action.

Il s'agit bien là très précisément de thérapeutique qui est, en France, le grand monopole des seuls médecins issus de l'Allopathie et de la faculté de médecine.

Cette précision a pour le moins le mérite de la clarté, qui nous conduit à préciser que les H.E. (en aromatochrese), ne sont en aucun cas considérés comme des médicaments naturels, mais bien comme des "outils" de travail.

Ceci étant précisé les H.E. ont leur place dans de nombreux autres domaines : Environnement, esthétique, diététique, embaumement, hygiène, etc...CQFD.

Il est donc possible d'avoir une approche, à l'opposé de "l'Aromathérapie à la Valnet" pour développer la notion d'utilisation des H.E. dans les soins esthétiques :

C'est ce qui a été fait en créant l'AROMATOCHRESIE.

8 ) Quelles sont réellement les actions des huiles Essentielles ?

L'approche technique, la connaissance et la maîtrise des pouvoirs des H.E. qui sont développés ci-après étaient connues longtemps avant le Dr Valnet, elles restent toujours vraies aujourd'hui, et le seront encore pendant moult décennies.

En cas d'application directe sur la peau, seules les actions générales directement liées à la forme galénique de l'H.E. sont primordiales. Elles priment effectivement sur les spécificités, qui, bien qu'intéressante en soins esthétiques deviennent très nettement secondaires.

Ces actions qualifiées de "générales" sont au nombre de 4 dans toutes les Huiles Essentielles (qu'elles aillent ou non sur la peau) et ce dans un ordre d'importance variable suivant l'origine de l'Huile Essentielle.

A) Une action assainissante bactériolytique..*
Permet un assainissement et une asepsie cutanée intégral et profond, et débarrasse la peau de ses divers miasmes, mais dans le respect de la flore saprophyte.
B) Une action de revitalisation cellulaire.*
Induit une relance active et dynamique des fonctions cellulaires en stimulant la prolifération et les fonctions de toutes les cellules rencontrées.

C) Une action émonctorielle sous cutanée.*
Déclenche une mobilisation et un drainage des déchets sous cutanés vers les circuits sanguins (vaisseaux capillairesles plus proches.

D) Une action de défloculation cellulaire.*
Régénère, restructure, reconstruit les membranes cellulaires. Favorise et rétablit les échanges et les métabolismes cellulaires.


Chacune de ces actions mériterait d'être longuement explicité, voir même faire l'objet d'une formation pour qui voudrait pousser l'Aromatochrésie au maximum de ses possibilités.


Mais il vous suffira, pour une utilisation esthétique immédiate, d'en retenir l'interprétation de base (qui est transcrite ci dessus en Italique)

* Ce sont les termes que vous utiliserez le plus souvent car ils reviendront dans les multiples actions esthétiques que vous effectuerez à partir d'H.E., le stage vous éclairera.

9 ) Pour quelles actions SPECIFIQUES ?

Comme expliqué plus haut, les actions spécifiques sont secondaires, car toujours inféodées aux actions générales !

En fait, la spécificité qui nous intéresse est directement liée à l'osmose naturelle qui existe entre la prédominance d'une action générale sur les trois autres et l'impact particulier lié à la plante elle même.


Ces actions spécifiques sont au nombre de 7, ce sont les vrais pouvoirs des Huiles Essentielles utilisables sur la peau.

- POUVOIR HYDRATANT
Extrêmement limité dans le temps comme dans l'action, il permet d'utiliser des H.E. même en présence d'un état d'acidose.
La Lavande Fine en est un modèle parfait.

- POUVOIR DESHYDRATANT
Il permet de déclencher ou d'activer le processus de desquamations et contraint la peau à se débarrasser, d'assainir de ses déchets bloqués sous la couche basale
La Menthe Poivrée en est un modèle parfait.

- POUVOIR VASCULARISANT
Activation de la vaso motricité naturelle des vaisseaux capillaires et attirance du sang dans ces même vaisseaux doublés de leur vasodilatation.
La Marjolaine Sylvestre en est un modèle parfait.

- POUVOIR DEVASCULARISANT
Activation de vasoconstriction naturelle des vaisseaux capillaires et répulsion du sang de ces même vaisseaux et action de relance de la vaso motricité originelle.
La Menthe Poivrée en est un bel exemple

- POUVOIR DE REGENERATION CELLULAIRE CUTANEE
Relance et réactivation des proliférations cellulaire et de leurs processus physiologiques et naturels de régénération cutanée.
Le Pin Maritime en est un bel exemple

- POUVOIR DE RAJEUNISSEMENT CUTANE
Revitalisation, nutrition et tonification de tous les niveaux concernés par des atonies ou des affaissements cutanés.
Le Romarin en est un bel exemple

- POUVOIR D'AFFERMISSEMENT CUTANE
Tonifier, raffermir, resserrer les tissus et permettre des processus importants d'astringence.
le Bois de Rose en est un bel exemple.

10 ) Pourquoi les H.E. doivent elles passer par l'institut plutôt qu'en direct à la consommatrice ?
Quatre (bonnes) raisons à cela :

1°) Tout d'abord une inaptitude chronique à se prendre en charge de la part d'une grande majorité de la population de consommatrices (et consommateurs quand c'est le cas) de plus en plus assistées, de moins en moins motivées par quoi que ce soit.

2°) La civilisation du "pack", du "clef en main", du "fast food", du "presse bouton", du "tout sur place",etc. a conduit la consommatrice à être de plus en plus exigeante, ce parallèlement à la chute des motivations et de la volonté.

3°) Seule la professionnelle saura cadrer les besoins comme la psychologie de la cliente et lui indiquer fermement ce qu'elle doit faire, pourquoi et comment ; condition sine qua non pour éviter les problèmes (ces derniers pouvant être sérieux si...).


4°) Ensuite les H.E. offrent de telles possibilités à l'esthéticienne technicienne du soin, qu'il serait dommage qu'elle en perde l'usage, parce que des individus auront fait des erreurs, que l'ordre des médecins prendrait vite pour prétexte pour en priver qui ne serait pas médecin. Seule une utilisation s'appuyant sur un professionnalisme en béton et une solide assistance technique évitera ce type de dérapage.
11) Pourquoi une ASSISTANCE TECHNIQUE, permanente à l'esthéticienne ?

Parce que le cas particulier existe.
Et que nul ne possède la science infuse, surtout face à des cas particuliers...

Or, plus l'esthéticienne rentre dans une méthode technique, plus elle multiplie ses clientes, et plus elle risque de rencontrer des cas particuliers (individus hors normes).

Il est primordial lorsque cela arrive de pouvoir joindre une personne compétente (de suffisamment d'années d'expérience pour avoir rencontré tous les cas particuliers) sur un simple coup de fil de façon à lever les doutes ou incertitudes immédiatement.

Vous connaissez l'adage "plus on apprend, plus on mesure l'ampleur de son
ignorance", c'est la raison d'être d'une assistance technique rapide et efficace en direction de l'esthéticienne qui veut reculer toujours plus loin les limites de son travail.

12 ) Pourquoi autant d'inepties sur les Huiles Essentielles dans la profession de l'esthétique ?

Parce que les H.E. sont arrivées dans l'esthétique pour des raisons aussi diverses que :

- Des effets de mode.

- Des opportunités marketing.

- Des arguments commerciaux.

Et qu'il s'est instauré dans la société, un nécessaire besoin d'un retour aux sources, donc de fraicheur, de naturel et d'authenticité. L'H.E. en est un symbole fort, dont acte.

Et bien d'autres raisons encore aussi glamours et ludiques que mercantiles et commerciales, mais rarement (ou jamais) par nécessité technique, cette dernière imposant des compétences et une expérience plutot rare en France.

C'est assez dur, mais c'est ce qui explique que chacun dise ce qui l'arrange (commercialement parlant) et fasse l'impasse sur les réalités techniques.
En faisant ce type d'affirmation, c'est juste un constat que je fais.

Ainsi, vous entendez des poncifs du style "n'utilisez pas les huiles essentielles pures, vous ferez des brûlures au 3eme degré". * Il suffirait en fait de dire "certaines huiles essentielles vont sur la peau sans risque et d'autre pas".

* Des postulats de ce type, on en entend des dizaines en esthétiques, postulats qui courent comme des rumeurs, sans fondement réel, et qui effrayent inutilement les esthéticiennes déjà bien bousculées par tous les problèmes de législation.
C'est bien sûr inacceptable !!
14
En fait, avec seulement sa tête, ses mains et cette technique 100% naturelle l'esthéticienne pourra couvrir tous les besoins en soins visages, corps et spécifiques, et ce, avec l'assurance de la satisfaction systématique de la cliente.

En ce qui concerne les personnes qui jettent ainsi des postulats à la tête de l'esthéticienne, on peut se demander si c'est de l'incompétence de leur part, ou plus simplement une forme de malhonnêteté intellectuelle liée simplement au fait que la qualité des H.E. pures peut être comparée par l'esthéticienne (donc interdit à qualité égale des coefficients multiplicateurs très important), alors que des pseudo mélanges d'H.E. sur 97 % d'huile de germe de blé restent non comparables, l'esthéticienne en ignorera toujours le rapport qualité prix.

Je riverais le clou en disant que la majorité des détracteurs de l'utilisation des H.E. pures serait bien incapable de faire la différence entre synergie, osmose, (sans parler de leurs subtilités techniques).

Ce qui me gêne le plus dans ces attitudes et réflexions, c'est qu'une fois de plus on prend les esthéticiennes pour ...ce qu'elles ne sont pas. Ce qui à mon gout arrive un peu trop souvent, hélas.

J'espère que ce fascicule de "mise au point" sera utile à toutes les professionnelles de l'esthétique quelque soit leur choix de travail. C'est en écrivant ce recueil, l'objectif principal que je me suis fixé. Ce sera à vous de me dire s'il est atteint.

Je me tiens à votre entiére disposition, pour vous aider.

Professionnellement à vous
YVES COATMEUR

 

 

 

 

 

 

 

 

Important :
Deux documents spécifiques concernant les terpénes et un concernant "la notion d'allergie" sont joints en additifs à la fin de ce document.
SYNTHESE sur LES HUILES ESSENTIELLES
Utilisées pures, isolèment ou en mélanges...
En synergies ou en préparation synergique...
En complexe osmotique...
En symbiose ou en auto symbiose...

- Sont les plus merveilleux outils de soin dont l'esthéticienne peut disposer.

- C'est aussi et surtout "l'outil-produit" qui possède le meilleur "rapport
qualité-prix "qui soit.


- Ce sont les produits naturels actifs les plus aptes à la pratique d'une vraie
politique de vrais résultats ou d'effets spectaculaires au sein de l'institut.


- Elles permettent à l'esthéticienne qui s'installe de s'économiser bien des
investissements et d'épargner sa trésorerie.


- Et surtout, les huiles essentielles utilisées en cabine contribuent à un
assainissement et une purification salutaire de l'univers de travail,
primordial dans l'état de l'environnement sanitaire actuel.

 

C'est pourquoi toute professionnelle de l'esthétique se doit de tout savoir
sur le sujet, en maîtriser l'utilisation et en contrôler tous les effets.


Elle doit être incollable sur le sujet !

C'est la raison d'être de ce petit fascicule, écrit à l'intention des
professionnelles conscientes de leur rôle en institut.

L'usage des huiles essentielles en soins esthétiques s'appelle

 

AROMATOCHRESE

1° Additif au fascicule Aromatochresie

QUE SONT LES TERPÈNES :
Sachez tout d'abord, que « Terpène » est un terme technique et même chimique, d'où la difficulté à le trouver, à moins de le chercher dans une encyclopédie, qui elle donnera toutes informations sur le sens chimique du terme.
TERPENE vient du latin TEREBENTIN (soit « térébenthine »)
Ce sont des composés organiques naturels ; classés chimiquement dans les hydrocarbures (C10 H16), ils sont générés par la distillation.
Suivant leurs « structures » chimiques, ils portent des noms différents (hemiterpènes, sesquiterpènes, desesquiterpènes, diterpènes, poly terpènes, etc..)
_____
Ce sont dans les huiles essentielles de plantes, certains terpènes et surtout certaines combinaisons de ceux-ci qui autorisent le passage transcutané physiologique, total et rapide que l'on peut aisément constater et démontrer...

Ce sont aussi certains types de terpènes, ainsi que leurs proportions et combinaisons qui peuvent être à l'origine de certains effets négatifs.
Ce sont eux qui font que des huiles essentielles peuvent aller sur la peau ou au contraire lui sont interdites et pour cause.

C'est également parce que proportions et combinaisons de certains terpènes sont physiologiquement et intrinsèquement équilibrées, que des huiles essentielles peuvent être appliquées pures sur la peau sans risque.

La liste des terpènes existants est particulièrement longue, mais en voici quelques-uns parmi les plus courants :

- Le myrcène, l'ocimène, les terpinènes, le limonène, le pinène, le nopinène, le camphène, le sabinène, le tricyclène, etc.....)

En bref, les terpènes sont :

« Les térébenthines spécialisées des huiles essentielles »
qui sont responsables d'une pénétration transcutanée totale, et pour la même raison de certains phénomènes réactionnels, faciles à prévenir et à éviter en respectant les normes d'application déjà citées.

Dans certains types d'utilisation, il est intéressant de déterminer les chèmotypes, cad des normes constantes de composants afin de mieux cibler les actifs spécifiques. Ceci ne présentant pas d'intérêt particulier pour un usage esthétique.
Espérant-vous avoir suffisamment informés sur le sujet, et dans l'attente de tes éventuelles questions reçois mes plus cordiales salutations. Yves COATMEUR
2° Additif au fascicule Aromatochresie.

QUE SONT "LES ALLERGIES" AUX H.E. ?:

Sachez tout d'abord, que « allergie » est un terme technique qui recouvre 2 grands types d'allergies (relevées en encyclopédies médicales) :
A/ l'allergie vraie (œdème de Quincke, ...)
B/ L'allergie (dite des allergologues).
C'est dans cette deuxième catégorie que se situent les explications qui suivent, l'allergie vraie étant une redoutable pathologie aux conséquences dramatiques, qui est, fort heureusement, encore relativement rare.
ALLERGIE ou ALLERGIES ?
Le dictionnaire donne pour définition à l'allergie :
-Tiré du Grec ALLOS (autre) et ERGON (action), L'allergie est une modification de l'organisme induite par une substance particulière, qui peut-être soit une réaction atténuée, soit au contraire une forte hypersensibilité
C'est ce qui justifie la différence "médicale" citée plus haut !
Une cliente d'institut de beauté qui fait habituellement ou nouvellement une ou des allergies ira voir forcément son allergologue.
Mais pour l'esthéticienne qui, recevant une cliente, craint d'éventuels phénomènes réactionnels liés aux gestes et applications d'huiles essentielles qu'elle va effectuer, il est une approche très professionnelle de ces risques qui devra être absolument comprise et maîtrisée avant de "toucher" aux Huiles Essentielles utilisées pures (sans excipient)
À QUOI DOIT-ON UNE REACTION AUX H.E. ?
Trois grands cas de figures, extrêmement classiques et courants peuvent induire une réaction (naturelle et physiologiquement normale), sans que la personne concernée ne soit allergique ou diagnostiquée comme telle.
A/ Une peau déshydratée !
Plus une peau perd de son eau, plus elle "s'écrase", devient "fine", "laminée"
Plus le risque de réactions est alors grand, car ce tissu cutané, en situation "d'agression constante" accepte mal le travail de pénétration "en force" de l'huile essentielle appliquée sur la surface.
B/ Une peau encrassée- asphyxique.
Plus une peau vous paraît brouillée, déstructurée, plus elle est en situation de blocages, d'asphyxies et même d'encrassements ou d'intoxinations.
Le principe naturel de pénétration transcutanée induit par l'Huile Essentielle, crée un effet "vecteur" à double sens.
Ce qui est posé sur la peau derrière l'HE, pénètre. Ce qui est sous la couche basale (déchets) cherche à sortir par la même voie.
C/ Des maladresses lors de l'application
L'Huile Essentielle est un produit qui "travaille fort" la peau, sitôt que posé.
Toute action sur une peau dont l'H.E. est en cours de pénétration, sera génératrice d'une révolte de la peau qui se manifestera par diverses réactions inconfortables voir pénibles (pouvant approcher la brûlure sur une huile essentielle massée par exemple).
Éviter ces trois situations et les réactions seront rarissimes, faciles à prévoir et à prévenir, elles nécessitent des soins préalables adaptés.
A partir de là une formation pratique d'une journée vous rendra incollable.


Yves COATMEUR

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site